Oïkos écoconstruction
Informer, Former, Éduquer à l'Éco-construction / Éco-rénovation
Article écrit par Flavie, le 28 novembre 2019

Réhabilitation du bâti ancien : retour sur le colloque CREBA du 21 novembre 2019

Oïkos était à Strabourg le 21 novembre 2019 pour le colloque du CREBA (Centre de ressources pour la réhabilitation responsable du bâti ancien). Retour sur les échanges, projets et outils mis en avant à l’occasion de cette journée.

Un an auparavant, Oïkos assistait au lancement du CREBA à Bordeaux. Cette plateforme met à disposition un espace documentaire, des retours d’expérience et un outil d’aide à la rénovation du bâti ancien (la guidance wheel). Elle a depuis noué de nouveaux partenariats et enrichi son centre de ressources, comptant aujourd’hui 9 retours d’expérience et 74 études et guides référencés (dont l’outil SCIBBA – Solutions Complètes d’Isolation Biosourcée Bâtiments Anciens – outil d’aide à la décision coproduit par Oïkos avec raAKa architecture, Eco Etudes et Vizea).

La réhabilitation du parc bâti ancien constitue un enjeu crucial nécessitant une analyse conjointe des dimensions environnementales, patrimoniales, culturelles, sociales et techniques. Jean-Michel Knop (DRAC Grand Est) mentionnait ainsi une étude menée par la CAPEB qui révélait que pour 70% des personnes interrogées, le patrimoine bâti incarnait la perception identitaire et culturelle de la France. Claire Chaffanjon (DREAL Grand Est) soulignait quant à elle le défi de santé publique qu’entraînait la question des matériaux utilisés dans les projets. Philippe Madec, grand témoin de cette journée, ajoutait que l’enjeu était non seulement technique mais également un enjeu de valeur passant par un retour en estime du côté de la nature. Il rappelait également que chaque année était construit l’équivalent d’1% du parc bâti existant. Il y a donc un véritable enjeu autour des projets de réhabilitation qui ont en sus l’avantage de pouvoir être réalisés dans une temporalité plus courte que celle de la construction neuve.

La journée était ponctuée par 3 temps d’échanges :

Revenons sur quelques outils et formations présentés lors de cette journée :

Ce programme, financé sur 2 ans par le programme PACTE, met à disposition des professionnels – de l’artisan au concepteur – des outils d’aide au diagnostic, à la conception et à la mise en oeuvre pour gérer les risques hygrothermiques lors de projets de réhabilitation de bâti ancien.
Les différents outils prennent la forme de tableurs excel pouvant être remplis (dans le cas de l’outil diagnostic) et de fiches techniques explicatives.

Il a été rédigé dans le cadre du projet Oktave de la Région Grand Est et de l’ADEME, en lien avec le dispositif DORéMI. Il est à destination des concepteurs et artisans poseurs. L’objectif est de donner des éléments pour effectuer les bons choix d’isolation de parois du bâti. Il comprend des règles illustrées de bonnes pratiques de conception et un certain nombre de schémas. Les bonnes pratiques sont référencées, pour certaines dans des DTU. Le guide aborde également des variantes possibles et des points de vigilance. Précision : les simulations WUFY ont été réalisées en prenant le cas du climat de Nancy.

Il s’agit ici d’une expérimentation visant l’association d’une rénovation énergétique à la valorisation du patrimoine bâti. Les cibles de ce label expérimental sont donc les monuments historiques (inscrits ou classés) mais également d’autres bâtiments qui pourraient être reconnus comme ayant un caractère patrimonial après avis préliminaire d’une commission. L’examen du dossier détaillant les éléments du projet est soumis à deux expertises (une sur le volet énergétique et l’autre sur le volet architectural et patrimonial). La première commission se tiendra le 10 février 2020.  Lors des échanges, la question de ce qui fait ou non patrimoine a alors émergé, cette définition fait actuellement l’objet d’un travail au sein de la commission.

Le projet est né d’un appel à manifestation d’intérêt de 2016 « Matériaux biosourcés et rénovation du bâti ancien » dans le cadre du programme PACTE. Le financement de ce projet a donné lieu à la création de 4 outils :

Cette formation en ligne se déroule en 4 séquences : rénovation du bâti existant et sources d’humidité ; diagnostic extérieur ; diagnostic intérieur ; suites à donner au diagnostic.
Les supports de cours mobilisés sont les vidéos de cours, d’interviews, des animations vidéos ainsi que des présentations interactives. L’originalité du support réside notamment dans l’évaluation qui, en plus du quiz, soumet à l’apprenant un cas de bâtiment réel où il doit circuler dans le bâtoment pour zoomer sur des élements de détails du bâtiment et réaliser son diagnostic.

La première session a eu lieu en juillet 2019. La prochaine se tiendra en février 2020.

Sur le territoire du PNR des Vosges du Nord, une charte et une politique d’accompagnement de la réhabilitation du patrimoine bâti ont été mis en place. Un programme d’écorénovation naît. Suivent des projets transfrontaliers et dans le cadre d’un projet européen interrégional, l’objectif est de développer l’économie par la valorisation des savoir-faire et des artisans. Des cycles de formation continue s’organisent sur le territoire sur des bâtiments témoins.
La formation « Eco-rénovation du bâti ancien » apparaît sur ce territoire en 2014. C’est une formation de 70h certifiante alternant journées théoriques et pratiques. Elle intègre la visite d’entreprises pour connaître artisans et professionnels du secteur afin de favoriser la mise en réseau locale.

Formation de 3 jours visant à aborder le bâti ancien dans ses grandes lignes : contexte réglementaire, analyse scientifique du bâti ancien, approche architecturale (et notamment l’analyse par métiers), interventions, ouvrages et matériaux. Une vingtaine de formations ont été réalisées auprès d’un public varié mais également représenté entre maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’oeuvre et artisans.

Philippe Madec soulignait à la fin de ces présentations l’importance de toucher la matière et le réengagement du corps comme clé de la formation. Une approche pédagogique entièrement partagée par Oïkos qui propose également des formations sur ces thématiques et valorise l’alternance de théorie et de mise en pratique sur plateau technique ou chantier réel. En écho aux différentes démarches présentées par les PNR représentés lors de cette journée, Oïkos travaille d’ailleurs avec le PNR du Haut Jura sur des dynamiques similaires : mise en place d’une offre de formation à destination des artisans du territoire pour une montée en compétence en faveur de l’écorénovation du bâti ancien, approche pédagogique basée sur un socle théorique mais également sur de la mise en oeuvre sur chantier réel sur la base de bâtiments témoins.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oikos

Former

Informer

Éduquer