Oïkos écoconstruction
Informer, Former, Éduquer à l'Éco-construction / Éco-rénovation
Article écrit par oikos-ecoconstruction, le 29 avril 2015

Les peintures écologiques

Comprendre les peintures dites “écologiques” du marché

Les matières premières utilisées pour la fabrication des peintures naturelles ne sont pas issues de la pétrochimie mais d’une chimie « douce » ou « verte », dont les impacts sur les écosystèmes et la santé sont bien moins importants.

 Les peintures naturelles :

Le qualificatif « naturel » de ces peintures est trompeur car certains composés sont obtenus par réaction chimique.

Les propriétés biologiques inhérentes aux composés naturels en font des peintures de bonne qualité. Les liants naturels ont un pouvoir de pénétration important. Leur structure micro-poreuse assure imperméabilité à l’eau liquide et une bonne perméabilité à la vapeur d’eau. Ils permettent donc au support de ” respirer ” tout en étant étanches. Ces peintures ne sont pas électrostatiques. Elles ne gouttent peu ou pas et ont un excellent pouvoir de pénétration.

La plupart de ces peintures ne peut pas être utilisées pour les métaux ferreux car leur perméabilité à la vapeur d’eau entraînerait la corrosion du métal. On utilisera plutôt des laques, plus chères, pour les métaux et supports plastiques.

Parmi les solutions disponibles, nous trouvons les peintures à base de résines et d’huiles naturelles, les peintures à la chaux, les peintures à la caséine, les peintures minérales aux silicates ou à l’argile.

Les peintures labellisées :

Par ailleurs, il existe aussi des peintures bénéficiant de labels de qualité, quant à leur impact environnemental et sur la santé, mais n’entrant pas dans la catégorie des peintures citées ci-dessus.

La marque « NF environnement » et l’Ecolabel européen certifient que les peintures labellisées présentent un moindre impact sur l’environnement et une qualité d’aptitude à l’usage au moins équivalente à des produits analogues présents sur le marché.

Ecolabel NF environnement

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle étiquette, décret du 23 mars 2011, indique de manière simple et lisible le niveau d’émission du produit en polluants volatils. Ce niveau d’émission est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

 

Emission dans l'air intérieur

Les produits concernés par l’étiquetage obligatoire :

 


Oikos

Former

Informer

Éduquer