Oïkos écoconstruction
Informer, Former, Éduquer à l'Éco-construction / Éco-rénovation
Article écrit par Guilhaume Cirillo, le 20 novembre 2019

A Saint-Genis-Laval, les enfants du CLESG s’essaient à la construction terre !

C’était il y a quelques semaines déjà. Les enfants du CLESG, centre de loisirs à Saint-Genis-Laval, découvraient le patrimoine bâti local et la construction en terre. Ces interventions ont eu lieu dans le cadre des animations pédagogiques du Projet Nature du Plateau des Hautes Barolles.

Les Gargantuas et les Zouaves, deux groupes d’enfants du CLESG, ont mis « la main à la terre ». Petit retour sur les 4 séances réalisées ensemble.

A la découverte du patrimoine bâti sur le plateau des Hautes-Barolles (séance 1)

Pour la première séance, réalisée fin septembre, les enfants étaient de sortie.

Les Zouaves se sont essayés au jeu du « rallye-photo » afin de retrouver différents types et matériaux de construction dans la rue adjacente. Pendant ce temps, d’autres enfants ont fait marcher leur imagination en travaillant sur un land-art à proximité du Fort de Côte Lorette.

Les Gargantuas sont partis à la recherche d’un trésor lors d’un rallye-découverte autour du patrimoine bâti local. Pour cela, les enfants ont observé, répondu aux énigmes et découvert un mot-mystère les menant à la malle cachée, renfermant les secrets de la construction en terre.

Ateliers autour de la terre et de ses propriétés (séance 2)

Après une première découverte de la terre comme matériau dans le quartier la semaine précédente, les enfants du CLESG se sont penchés sur ses propriétés. Comment faire une construction solide ? Quels sont les deux éléments cachés que l’on retrouve dans la terre ? A partir de plusieurs expériences, les Zouaves et les Gargantuas ont percés les mystères du matériau terre.

Pisé et briques de terre : les enfants s’essaient à la construction (séance 3)

Troisième séance. Les enfants de Saint-Genis-Laval mettent enfin « la main à la terre ». Après avoir observé et découvert les propriétés du matériau, ont pu tamiser, construire des mini-blocs de pisé et s’essayer aux petits adobes en terre crue. A l’issue de cette séance, les adobes ont été laissé au repos, le temps de sécher.

Après une petite réflexion collective, les enfants ont décidé de la maquette à réaliser la semaine prochaine.

Les Gargantuas ont fait le choix d’un village imaginaire. Les blocs de pisé symboliseront les différents édifices dont ont besoin les habitants et les briquettes les routes. Les Zouaves ont décidé d’écrire leur nom de groupe à partir des briquettes maçonnées et de reproduire la tour de la Part-Dieu à partir des blocs de pisé… Tient, et si les enfants avaient un message à faire passer aux bétonneurs ?

 

 

Une maquette et des apprentis maçons (Séance 4)

Enfin, les jeunes constructeurs se sont transformés en apprentis maçons. Ils ont maçonnés les briquettes réalisées en séance 3 pour obtenir leur nom pour les Zouaves et des routes pour les Gargantuas. Pendant ce temps, d’autres enfants ont décoré et agencé la maquette réalisée. 

Le soir venu, les enfants ont pu montrer leur réalisation issue de 4 jours de travail aux parents et aux autres groupes du CLESG. Bravo !

     


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oikos

Former

Informer

Éduquer